Aborde l’automne avec sérénité grâce à la cuisine franconienne

Rien n’excuserait le fait que ce blog est en friche totale depuis le 15 janvier 2017. RIEN.

Mais, comme on dit ici et partout dans le monde : « Mieux vaut tard que jamais ». Et, alors que les arbres se dénudent, que les températures baissent et que la nuit tombe désormais à partir de 19h00 (soupir), je me suis dis qu’un petit article sur la gastronomie franconienne ne pourrait faire que le plus grand bien.

Parce qu’on a tous besoin de réconfort.

Et parce que le Kloß c’est sexy, tous les plats ci-dessous sont évidemment particulièrement recommandés pour un menu de Saint Valentin/anniversaire de mariage/premier rendez-vous Tinder.

La carpe / Der Karpfen

On va commencer par ce que j’ai pu découvrir lors de mon repas de Noël avec mon entreprise. C’était l’année dernière, ça date mais le traumatisme est toujours bien présent. Il faut savoir que la carpe est vraiment très réputée dans la région de Nuremberg, où on y mange cet animal surtout à Noël (et de l’oie, mais ça c’est plutôt bon). Et là, la période de la carpe vient de commencer, ce qui semble réjouir une bonne partie de la population.

De mon côté, je ne peux m’empêcher de penser à comment on traite la carpe en France. A savoir : on la pêche, on fait une bonne photo avec ladite carpe qui fait la taille d’un bébé labrador, on lui fait un gros bisou et on la remet à l’eau. La carpe, c’est comme un nounours avec des nageoires quoi.

Ici, on la mange.

Mais alors, comment manger la carpe (ou Karpfen comme on dit en germain)?

  • Prenez un carpe.
  • Plongez la dans l’huile.
  • Mangez-la.

Voilà voilà.

Et carpe diem comme on dit.

800px-kroder_karpfen
La Karpfen comme on l’aime.

Les Klöße ou Knödel

On les trouve surtout en Autriche, Bavière et en République Chèque. Après avoir essayé plusieurs fois, je n’arrive toujours pas à définir le goût d’un Kloß. On est à mi-chemin entre la quenelle et la pomme de terre mouillée. C’est spongieux et arrosé de sauce.

Les Klöße se mangent ici en spécialité dans un plat du dimanche, j’ai nommé le « Fränkisches Schäufele ». Il s’agit d’un plat à base d’épaule de porc et de Klöße of course. Grâce au site des « Amis du Fränkische Schäufele » vous saurez tout sur cette spécialité culinaire exotique.

911804-960x720-fraenkisches-schaeufele
Mange ton épaule et tais toi

Le Obatzda

Il s’agit d’un fromage frais réalisé à base de reste de camembert et d’autres fromages à pâte molle, brassé avec du beurre, de l’ail, du carvi (ou du cumin). Parfois on y trouve du poivron. Ce fromage est ensuite étalé sur des Brötchen. C’est du fromage frais quoi. Mais, à base de vieux camembert.

La recette spéciale Franconie est par ici.

2232722_m1w900q75v48197_bamberg_typische_brotzeit_auf
Un peu de vieux camembert chéri ?

La « Saure Zipfel »

Que contient la saure Zipfel ?

Des Würste* ! Des Würste à perte de vue ! Quoi d’autre ? Du bouillon, super important aussi le vinaigre (c’est le Saure), des baies de genièvre, des feuilles de laurier et d’autres petites choses sympathiques.

La recette est ici.

saure-zipfel-551d71da7967a2565d1f0f2d16e285ec_fjt2011030461
Des Würste !

*Des saucisses ! Je ne me répéterai jamais assez.

La Brezel Suppe

Alors là, je dois dire que je suis tombée des nues quand ma collègue m’a annoncé : « Ce midi j’ai mangé une Brezel Suppe ». Whaaaat ? Concrètement, qu’est-ce ? C’est simple, il s’agit de gros bouts de Bretzel dans une soupe à base de bouillon de viandes, fromage, de crème fraîche…

Recette ici.

brezelsupp
Bretzel is the new crouton.

Le Leberkäse

Je finirais ce petit article par le Leberkäse. Contrairement à son nom, Leberkäse signifiant littéralement « Fromage de foie », c’est même pas du fromage et y’a même pas de foie. Tromperie sur la marchandise et publicité mensongère je dis ! Que trouve t’on dans le Leberkäse ? De la viande de porc, des épices en petites quantité, de l’œuf. Après cuisson, cela ressemble à un pain de viande. Mes collègues en mangent sur un Brötchen et souvent réchauffé au micro-onde. Miam.

leberk-ae-se
Une petite tranche bébé ?

Voilà voilà, j’espère que vous aurez apprécié ce rapide tour des spécialités franconiennes (il en existe encore beaucoup plus !). De rien, ça m’a fait plaisir.

Et si vous avez tenté l’une des recettes sexy, j’espère sincèrement que vous avez pu emballer. Racontez-moi !

 

Publicités

3 réflexions sur “Aborde l’automne avec sérénité grâce à la cuisine franconienne

C'est le moment de laisser votre pâte

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s